LP4Y et RDRS : coopérer pour l'inclusion des Jeunes en milieu rural

Mylène Wang, GV leader Bangladesh, LP4Y

Rashedul Arefeen, Coordinateur de projet, ELCA, RDRS

Md Abdus Samad, Chef des programmes de développement, RDRS

Md Nazrul Ghani, Chef de l'administration et des services généraux, RDRS


L'équipe de RDRS nous explique pourquoi elle a décidé de s'impliquer avec LP4Y sur le projet Green Village et comment nous pouvons travailler ensemble pour l'inclusion des Jeunes.


Mylène Wang :

Laissez-moi vous parler de notre partenariat avec RDRS Bangladesh, une histoire très excitante sur un nouveau partenariat réussi.


Tout a commencé par une étude. Une étude très intéressante sur la situation de l'emploi des Jeunes au Bangladesh, intitulée “The Ignored Generation” (La génération ignorée), que nous avons lue pour nous, Catalystes, afin de mieux comprendre les défis auxquels sont confrontés les Jeunes dans le pays. Et à la fin de cette étude perspicace, un grand tableau rempli des noms de tous les contributeurs des ONG, avec leur domaine d'actions, était annexé.


Alors que Jérémy, mon co-Catalyste, et moi-même étions à la recherche de nouveaux partenaires avec qui collaborer, afin d'étendre notre connaissance du pays mais aussi de trouver un bâtiment pour y installer notre Green Village, nous avons ajouté le RDRS à notre liste de prospects. En effet, la mission de RDRS Bangladesh est de "s'engager pour le changement par l'autonomisation des populations rurales pauvres", exactement le type de partenaires dont nous avions besoin pour atteindre les Jeunes exclus des zones rurales et isolées.


Après une petite discussion par email, nous avons été merveilleusement accueillis dans le bureau de RDRS Dhaka, où nous avons immédiatement accroché avec l'équipe de direction et de gestion : leur message était clair, et leur action très organisée. De plus, par chance, nous avons découvert que le RDRS était non seulement une organisation ayant une vision similaire à la nôtre, mais aussi qu'ils étaient des pionniers dans le secteur des ONG depuis l'existence du pays. Avec le BRAC, ils ont réellement contribué au développement du pays, et sont donc, grâce à leurs +5000 personnes travaillant sur le terrain, très bien connectés à la fois avec la population et les décideurs au Bangladesh.


Grâce à leur grand soutien, nous avons pu visiter leurs centres, leurs activités et leurs bâtiments dans la division de Rangpur (située dans le nord-ouest du pays), qui est l'une de leurs principales zones de travail (comme leur nom l'indique - RDRS signifie Rangpur Dinajpur Rural Services). Là, nous avons eu l'occasion de rencontrer les deux très serviables Md. Nazrul Ghani et Arefeen Rashedul. Pour faire court, c'est ainsi que nous avons finalement trouvé notre bâtiment Green Village à Kaliganj, Lalmonirhat, à une heure de route de la ville principale de Rangpur, où notre nouvelle équipe de 4 membres Catalystes va désormais s'installer !




Quels sont vos noms et vos fonctions au sein du RDRS ?

Rashedul Arefeen, Coordinateur de projet, ELCA

Md Abdus Samad, Chef des programmes de développement

Md Nazrul Ghani, Chef de l'administration et des services généraux


Depuis combien de temps êtes-vous au RDRS ?

Rashedul Arefeen : Je travaille avec le RDRS Bangladesh depuis environ 20 ans, sur des projets de développement et je m'occupe de la propriété du RDRS à Lalmonirhat.

Abdus Samad : J'ai récemment rejoint la RDRS Bangladesh et cela fait presque deux mois !

Nazrul Ghani : Je travaille pour la RDRS depuis plus de 30 ans, ma responsabilité est de m'occuper des biens de la RDRS, de l'administration générale des véhicules de construction, de l'approvisionnement, des achats, du maintien de la liaison avec les agences gouvernementales et également de la fiducie immobilière.


Quand et comment avez-vous entendu parler de LP4Y ?

Rashedul Arefeen : J'ai entendu parler de LP4Y il y a trois mois, lors de la première visite de l'équipe à Kaliganj.

Nazrul Ghani et Abdus Samad : Nous avons entendu parler de cette initiative il y a un mois lors de notre réunion des cadres supérieurs.


Quelle a été votre première impression lorsque vous avez entendu parler du projet LP4Y pour les jeunes ?

Nazrul Ghani : Nous avons été très enthousiastes à l'idée de participer à cette initiative après avoir pris connaissance du projet LP4Y, car il est clairement lié à l'objectif stratégique de RDRS et s'inscrit dans le cadre de notre travail actuel sur le développement de la jeunesse et l'intégration des femmes.


Qu'attendez-vous du partenariat entre la RDRS et LP4Y ? Rashedul Arefeen : Nous nous attendons à ce que la RDRS et LP4Y travaillent ensemble pour atteindre l'objectif commun de ces deux organisations qui ont une forte synergie entre elles. La RDRS s'attend à ce que LP4Y collabore avec la RDRS :

  • Pour développer son plan de mise en œuvre sur le terrain

  • Pour collaborer à la définition des critères de sélection des bénéficiaires

  • qu'elle s'associe à RDRS pour mener des consultations et des actions de sensibilisation auprès des communautés.

  • S'associer aux fédérations syndicales de la RDRS pour la sélection des bénéficiaires

  • Partager les informations sur le travail du projet de manière transparente avec la RDRS afin de se soutenir mutuellement et d'atteindre le maximum pour les bénéficiaires.


Quel impact pensez-vous que le projet Green Village aura sur la région et la communauté autour de Lalmonirhat ?

Rashedul Arefeen : Les femmes sont extrêmement vulnérables dans cette localité en raison de diverses raisons socio-économiques et de la violence contre les femmes, du harcèlement et des privations. Un grand nombre de femmes vivent aujourd'hui en tant que parent isolé et s'occupent de leurs enfants qui sont victimes de mariages précoces. L'autonomisation économique est un élément clé de la prévention de la violence à l'égard des femmes et de l'autonomisation des femmes et des filles. Ce projet LP4Y peut avoir un impact significatif sur la vie des jeunes de cette région et en particulier sur celle des femmes.


Avez-vous quelque chose de particulier à partager avec notre communauté internationale ?

Nazrul Ghani : La pyramide des âges du Bangladesh montre que le segment des Jeunes est important et qu'il manque de compétences commercialisables, d'esprit d'entreprise et de soutien à la création d'entreprise, d'inclusion financière et de distribution inadéquate des opportunités. Les Jeunes, et en particulier les femmes, sont extrêmement vulnérables dans le nord du pays en raison de la pauvreté, de la stigmatisation sociale et de nombreux autres facteurs socio-économiques, ils ont besoin de soutien.

La RDRS Bangladesh a pour mandat de développer les compétences des jeunes et d'assurer leur inclusion financière. La RDRS travaille également au développement de l'esprit d'entreprise chez les Jeunes en leur apportant un soutien au démarrage et en veillant à leur inclusion financière. La RDRS et LP4Y peuvent co-créer des projets en utilisant les ressources et l'expertise de chacun.


13 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout