Confidence is the key

Matthieu de Romblay,

former LP4Y volunteer,

Philippines


Matthieu de Romblay, shares with us his experience as Project Leader Parnership in 2019.

[French version below]


When I discovered LP4Y, the engagement as a Catalyst appeared to me as evidence. The challenge of accompanying Youth from slums towards a decent job was simultaneously in line with not only my deepest beliefs but also the skills I was able to develop during my former experience.

I therefore came to Manila in February 2019 to start my mission as Project Leader Partnership. In each country, LP4Y builds some bridges between the slums and the decent world, the world where each has a roof over their heads, several meals a day and access to healthcare . The partners support us to build these bridges - those are the organizations, the associations, the companies which accompany the training and the job integration of the Youth. My role was to develop new partnerships and strengthen the existing ones in the area of the Philippines, Vietnam and Indonesia.


I therefore had the luck to be at the forefront when the Youth discovered with delight a company. I witnessed their contagious joy at every hiring . I recall one Youth of my centre, Angelito Mendoza who was unable to contain his pride of being recruited in CGI and left the center running to announce the good news to his relatives. His brother, impressed, could not believe him : for him, such jobs were reserved for college graduates, so you imagine a Youth who hasn't finished high-school, uncredible ! These outbursts of happiness are part of the most memorable moments of my mission, these memories remind me everyday that when we work together, we can realize extraordinary things.

As I spoke to Angelito and others during my mission, I realized that the main factor of exclusion of Young Adults is not the lack of skills, many of them are smart and motivated . What actually stands in the way of the Youth is the distrust of the companies, their fear to take the risk of meeting uncommon profiles. To be successful, we all need someone who reaches out to us, who believes in us, and only once we have that trust, we can prove ourselves. I have witnessed managers and directors of companies who dare, who take the risk of trusting these young people and who reap benefits from this decision. A Decathlon manager testified that in a few years, he would no longer remember the figures for his store, but he will remember he accompanied Mary Jane JC for her to find her place in the team and of the commitment, the joy, the motivation she brought to the group.


But sometimes, giving that trust is not enough. Some of the Youth quit a job that seemed to suit them perfectly. I was particularly frustrated by these missed opportunities, by these Young Adults who don’t take their chance, perhaps the only chance of their lives .


I remember Marissa Tadlog who after going through a long application process to join a hotel did not show up on her first day of work .

Similarly, Angelyn quit an ideal job to spend more time with her family after only a few weeks. Living through these moments of discouragement, I felt I understood an essential aspect as a Catalyst. It is not only a matter of supporting the Youth finding a job, working on the short term. It is a matter of helping them build self-confidence, and help them to realize they have a place in a world from which they have always been excluded.


So you have to be patient, humble, admit your helplessness when faced with certain situations when some Youth leave the programme before the end or when others give up the ideal job.

Our role is to always be there, to look out for them, to believe in them when they no longer have the energy to believe in themselves. And it works.

Each month, the Youth who left the programme return and the others who missed an opportunity come back more motivated than ever to find the job which will change their lives.

Marissa finally got a job as a receptionist in ZenRooms chain of hotels and Angelyn got hired a few months later in Sodexo, she now has a salary that allows her whole family to live.


You understood it, trust and confidence are for me the essential elements .


I also gained self-confidence during this year. Confidence in myself to dare to ask help from the community, to ask partners to commit to inclusion. As my mission progressed, I became convinced that contrary to what I thought , a vast majority of people are ready to help, almost everyone has unexploited natural reserves of altruism.. Some people give time by offering training to the Youth, some make donations to finance a project and a few just take five minutes to connect us with one of their friends and these five minutes will result in the hiring of the Youth and eruption of joy in the slums of Manila. When I am talking about giving, it’s obviously not one-sided. At LP4Y, we say that there is not one way , there are not the ones who give and the ones who receive on the other side. The Youth, the donors, the partners, the Catalysts, we all benefit a lot from this experience and I recommend everyone to try it out, it was an extraordinary year for me.


Lorsque j’ai découvert LP4Y, l’engagement en tant que catalyste m’est apparu comme une évidence. Le défi d’accompagner des jeunes issus des bidonvilles vers un travail décent était à la fois aligné avec mes convictions profondes et avec les compétences que j’avais pu développer lors de ma précédente expérience.

J’ai donc rejoint Manille en février 2019 pour commencer ma mission en tant que responsable des partenariats. Dans chaque pays, LP4Y construit des ponts entre les bidonvilles et le monde décent, le monde dans lequel chacun à un toit, plusieurs repas par jours et l’accès aux soins.

Les partenaires nous aident à construire ces ponts, ce sont les organisations, les associations, les entreprises qui accompagnent la formation et l’insertion professionnelle des jeunes. Mon rôle était de développer de nouveaux partenariats et de renforcer les partenariats existants sur la zone Philippines, Vietnam, Indonésie.


J’avais donc la chance d’être aux premières loges quand les jeunes découvraient avec émerveillement une entreprise et d’être témoin de leurs joies contagieuses à chaque embauche. Je me souviens d’un jeune de mon centre, Angelito Mendoza, qui, ne pouvant contenir sa fierté à l’annonce de son recrutement chez CGI, a quitté le centre en courant pour annoncer à sa famille et son entourage la bonne nouvelle. Son frère, impressionné, ne voulait pas le croire, pour lui ce type d’emploi était réservé aux diplômés d’universités, alors vous imaginez un jeune qui n’a même pas fini le lycée, incroyable ! Ces explosions de bonheur font partie des plus beaux moments de ma mission, ces souvenirs me rappellent chaque jour qu’en travaillant ensemble, nous pouvons réaliser des choses extraordinaires.


En discutant avec Angelito et d’autres au cours de ma mission, j’ai pris conscience que le principal facteur d’exclusion de ces jeunes n’était pas le manque de compétences, beaucoup étaient malins et motivés ; ce qui bloquait les Jeunes, c’était la méfiance des entreprises, leur peur de prendre le risque d’une rencontre avec des profils différents. Pour réussir, nous avons tous besoin d’une personne qui nous tende la main qui nous donne notre chance, qui croit en nous et c’est seulement une fois que nous portons cette confiance que nous pouvons faire nos preuves. J’ai pu être témoin de managers, de directeurs d’entreprises qui osent, qui prennent le risque de faire confiance à ces jeunes et qui en récoltent des bénéfices. Un manager de Decathlon témoignait que dans quelques années, il ne se souviendrait plus des chiffres de son magasin, mais il se souviendrait d’avoir accompagné Mary Jane JC, pour qu’ils trouvent leur place dans les équipes et de l’engagement, la joie, la motivation qu’ils ont apportés au collectif.


Mais parfois accorder cette confiance ne suffit pas. Certaines jeunes abandonnent un emploi qui semblait pourtant parfaitement leur convenir. J’étais particulièrement frustré par ces opportunités manquées, par ces jeunes qui laissent passer leur chance, peut être l’unique chance de leur vie.


Je me souviens de Marissa Tadlog qui après avoir suivi un long processus de candidature pour intégrer un hôtel ne s’est pas présentée lors de son premier jour de travail. Angelyn qui après quelques semaines dans un emploi pourtant idéal a démissionné pour passer plus de temps avec sa famille. En vivant ces moments de découragements, j’ai eu le sentiment de comprendre un point essentiel de ma mission de catalyste. Il ne s’agit pas uniquement d’accompagner un jeune à trouver un emploi, de travailler sur le court terme. Il s’agit de l’aider à construire sa confiance en lui, de l’aider à percevoir qu’il a sa place au sein d’un monde dont il a toujours été exclu.


Alors il faut s’armer de patience, d’humilité, admettre son impuissance devant certaines situations, quand certains jeunes quittent le programme avant la fin ou d’autre démissionnent du job idéal. Notre rôle est d’être toujours là, d’aller les chercher, de croire en eux quand eux n’ont plus l’énergie d’y croire. Et ça marche.

Chaque mois, des Jeunes qui avaient abandonnés le programme reprennent et d’autres qui avaient manqué une opportunité reviennent plus motivés que jamais pour trouver l’emploi qui changera leur vie. Marissa a finalement obtenu un emploi de réceptionniste dans la chaîne d’hotels ZenRooms et Angelyn s’est fait embaucher quelques mois plus tard chez Sodexo et a désormais un salaire qui permet de faire vivre toute sa famille.


Vous l’avez compris la confiance est pour moi l’élément essentiel.


J’ai aussi gagné confiance en moi pendant cette année. Confiance en moi pour oser demander de l’aide à la communauté, pour demander à des partenaires qu’ils s’engagent pour l’inclusion.

Au fur et à mesure de ma mission, j’ai acquis la conviction que contrairement à ce que je pouvais penser, l’immense majorité des gens sont prêts à aider, la quasi-totalité d’entre nous avons des réserves naturelles d’altruisme inexploitées. Certains donnent du temps en proposant des formations aux jeunes, d’autres font des dons permettant de financer un projet et quelques-uns vont juste prendre cinq minutes pour nous mettre en relation avec un de leurs amis et ces cinq minutes vont aboutir à des embauches de Jeunes et des explosions de joie dans les bidonvilles de Manille. Quand je parle de donner, ce n’est évidemment pas à sens unique. Chez LP4Y, on dit qu’il n’y a pas d’un côté, ceux qui donnent ou ceux qui reçoivent, les Jeunes, les donateurs, les partenaires, les catalystes, nous recevons tous énormément de cette expérience et je recommanderai à chacun de tenter l’aventure, c’était pour moi une année extraordinaire.

Life Project 4 Youth Alliance est une fédération de 19 organisations dans 13 pays dont la mission est le développement de solutions innovantes pour l'inclusion professionnelle et sociale des Jeunes (17-24 ans) issus de l'extrême pauvreté et victimes d'exclusion.

LP4Y soutient l'inclusion décente de milliers de Jeunes et de leurs familles dans 41 programmes, 20 Life Project Centers, 4 Little Angel Academies, 3 Green Villages, 4 Youth hostels, 2 LP4Y Labs en Asie, au Moyen-Orient, en Europe et en Amérique.

LP4Y Alliance

menu

LP4Y est membre du

Rejoignez-nous sur

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - Cercle blanc
  • LinkedIn - White Circle
  • Twitter - Cercle blanc
  • YouTube - Cercle blanc